Coopération Québec et Côte-d’Ivoire : ISOC Québec obtient une subvention du MRIF pour son projet LID

ISOC Québec obtient une subvention du Ministère des relations internationales et de la Francophonie du Québec pour le projet LID : « LID : Former les Leaders Internet de demain en Afrique francophone (Côte d’Ivoire) et au Québec », dans le cadre de la Coopération bilatérale Québec-Côte d’Ivoire.

Le projet LID est un programme de renforcement des compétences numériques, de mise en réseaux et d’échanges de bonnes pratiques entre les Leaders de l’Internet et de l’innovation digitale de demain, en Afrique francophone (notamment en Côte d’Ivoire) et au Québec. Initié par la section québécoise de l’Internet Society (ISOC Québec), en partenariat avec le Chapitre ISOC Côte d’Ivoire et le Laboratoire des Technologies de l’Information et de la Communication (LABTIC) de l’Institut National Polytechnique Houphouet Boigny (INP-HB), le projet a pour principal objectif d’offrir en 2018 à Abidjan une formation intensive de 3 jours à 30 jeunes ivoiriens (âgés de 20 à 35 ans et sélectionnés via un processus d’appel à candidature) afin de les initier à travers un ensemble de séminaires, de conférences et d’ateliers pratiques aux concepts de base de la gouvernance d’Internet, des politiques numériques, de la science des données (traitement et analyse de données), tout en développant leur culture de leadership numérique, leurs aptitudes en entrepreneuriat numérique, ainsi que leur compréhension des enjeux-clé reliés aux métiers du Web et du digital. Cette formation en leadership d’Internet, dont l’édition 2018 est placée sous le thème «Intelligences numériques et connectées », s’adresse principalement à une population cible pouvant être constituée de représentants des ministères et organismes gouvernementaux traitant des questions liées aux TIC (télécommunications, culture, éducation, affaires étrangères, justice, par exemple) ; de représentants des autorités ou institutions de régulation ou de réglementation ; d’étudiants de troisième cycle et de chercheurs (en télécommunications, informatique et réseaux, communication, droit, économie, ou développement international, etc.) ; d’ingénieurs dans le domaine de l’Internet ; de militants de la société civile dans le domaine de l’Internet ; des journalistes spécialisés sur les questions liées à l’Internet et des entrepreneurs dans le domaine de l’Internet.

 

Sources :