DiversInternationalISOCISOC Québec

Forum sur la Gouvernance de l’Internet à Paris

Dans le cadre de la 13ème édition du Forum sur la Gouvernance de l’Internet (FGI ou IGF en anglais) organisé par le gouvernement français, sous l’égide des Nations Unies, ISOC Québec était représenté par son président, Destiny Tchéhouali, et par son secrétaire-trésorier, Pierre-Jean Darres.

Cet événement majeur de la gouvernance mondiale de l’Internet (plus de 3000 participants provenant de 143 pays différents) s’est tenu du 12 au 14 novembre 2018 au siège de l’UNESCO à Paris sur le thème « Internet of Trust », avec de nombreuses discussions autour des cadres réglementaires, des risques, défis et opportunités ainsi que des bonnes pratiques qui permettent de garantir un environnement fiable et sécurisé pour l’Internet de demain.

Au cours du forum, le président d’ISOC Québec est intervenu comme paneliste dans une session organisée par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et intitulée : Contenu local : une opportunité pour les régions mal ou non desservies. ISOC Québec a profité de cette tribune pour mettre l’accent sur la nécessité pour les gouvernements des pays du Sud francophones d’adapter leurs politiques culturelles et d’inclure dans leur stratégie numérique nationale des mesures concrètes visant à promouvoir davantage la présence, l’accessibilité et la découvrabilité de leurs contenus culturels locaux sur Internet.

Les représentants d’ISOC Québec ont également participé à d’autres réunions et ateliers portant sur des problématiques telles que : la neutralité du Net, la cybersécurité, la régulation et la transparence des algorithmes, les réseaux communautaires, l’inclusion numérique, etc.

Notons enfin que cette 13ème édition de l’IGF a marqué les esprits quant à l’instauration d’un nouveau cadre de régulation numérique international, avec le discours du Président français Emmanuel Macron (lors de la cérémonie d’ouverture) qui estime que face à la domination des géants du Web californiens et chinois qu’Internet doit être régulé pour demeurer libre, tel qu’il avait été imaginé par ses pères fondateurs.

 

Sources :